Longtemps après son apparition, la pandémie du covid-19 continue d’avoir d’énormes conséquences sur les systèmes éducatifs du monde entier. Des renforcements ou des transformations diligentes des méthodes éducatives se sont opérés de par le monde pour circonscrire le mal. Les inégalités entre les pays à économie avancée et les pays à faibles revenus ou à revenu intermédiaire sont plus évidentes creusant le fossé en termes d’éducation.

Les adaptations majeures face à la crise

La fermeture des écoles, l’une des premières mesures sanitaires mises en place pour contenir la propagation du coronavirus a implicitement amplifié le besoin de l’enseignement à distance. Pour les pays à revenu élevé, la digitalisation des méthodes éducatives est effective depuis plusieurs années. Mais cette mutation a été plus hâtive pour les pays à faible revenu pour ne pas assister à la décadence de leurs systèmes éducatifs déjà mis à mal par le sous-développement. En effet, plusieurs outils numériques ont été déployés pour accorder les besoins des apprenants et de leurs enseignants dans ce contexte particulier de distanciation sociale.

Covid-19 et éducation : conséquences et inégalités engendrées

Dans les systèmes éducatifs les moins structurés, la démotivation et l’abandon des apprenants sont quelques conséquences majeures de la crise. Les écarts d’opportunités entre eux et leurs pairs ont favorisé le travail des enfants dans certaines régions du monde. Par ailleurs, l’inégalité la plus flagrante liée aux diverses adaptations engendrées par la crise est le niveau de préparation et d’adaptation à l’utilisation des outils numériques, et la qualité de l’enseignement. Les acteurs concernés d’un pays à un autre y sont diversement préparés en fonction de leur caste. En dépit de tout, cette crise a eu pour conséquence bénéfique de permettre le développement et l’implémentation des outils numériques au profit du système éducatif de plusieurs pays du monde en particulier les plus défavorisés.