Dans le contexte actuel de globalisation et de mondialisation, les habitudes traditionnelles de communication, les systèmes d’information et les systèmes de partage connaissent de profondes mutations grâce au développement du numérique et aux avancées technologiques. Les processus d’apprentissage n’échappent pas à la règle. Les outils de l’éducation, les institutions de l’enseignement, et l’école entière se numérisent. Face à ces changements, le développement de nouvelles stratégies d’enseignement pose de nouveaux défis pour le milieu éducatif.

Les possibilités offertes par le numérique

L’adoption du numérique dans les systèmes éducatifs offre de nouvelles perspectives aux techniques d’enseignement et d’apprentissage. En effet, on assiste à la dématérialisation des supports papier ou des manuels au profit de supports numériques avec une plus grande facilité et une célérité dans la création de contenu. Les nouvelles formes de stockage de données allègent non seulement leur accès ou leur diffusion auprès d’une audience plus large, mais plus encore elles facilitent les activités de gestion ou de planification. Essentiellement, la digitalisation des systèmes éducatifs favorise la mise en place de contenus de qualité et adaptés, la formation et le renforcement de capacités des enseignants et la promotion d’une pédagogie centrée sur les apprenants.

Les enjeux de qualité et d’équité liés à l’éducation

Dès les années 90, une forte mobilisation s’est établie pour l’universalisation de l’éducation et l’élimination des disparités de tout genre. Mais les disparités induites par l’introduction du numérique dans l’éducation impactent grandement les pays à faible revenu déjà confrontés aux défis de précarité et à l’insuffisance d’infrastructures scolaires, à l’absence d’outils d’apprentissage adéquats et aux effectifs pléthoriques des salles de classe. S’il est évident que le numérique révolutionne grandement les techniques d’apprentissage, il n’en demeure pas moins que de nombreux défis sont à considérer pour une intégration plus durable. Cela suppose qu’un accent soit mis sur le financement de l’éducation avec une répartition équitable des ressources.